Une histoire de la jeunesse allemande qui prend en main son destin et qui, au péril de sa vie, va décider coûte que coûte de s’offrir une alternative à la glaise nauséabonde du nazisme... une jeunesse allemande de 1938 qui trouve écho dans toutes les jeunesses du monde qui se battent pour arracher leur liberté.

Une jeunesse allemande libre ou soumise au IIIème Reich…

 

1958, Richard, proche de la quarantaine revient pour la première fois depuis 20 ans à Hambourg, sur les lieux de sa jeunesse… ses pas le conduisent directement devant un  bâtiment délabré, à la façade décrépite, sur laquelle on peut encore lire : Heinze Café.

Le bâtiment va être détruit. Richard passe outre l’interdiction d’entrer et pénètre au cœur de ce lieu abandonné… au cœur de ses souvenirs… de son passé.

 

Il ferme les yeux et le voilà replongé à Hambourg en décembre 1938, quelques mois seulement avant l'invasion de la Tchécoslovaquie et de la Pologne. Richard a 17 ans, il refuse de s’engager dans les jeunesses Hitlériennes.

 

Sa vie, c’est le swing : il participe aux soirées les plus swinguantes du «Heinze Café» en se foutant pas mal de ceux qui marchent au pas, au son des bottes des nazis…

 

C’est un adolescent amateur de jazz et de swing, il écoute la BBC et se retrouve avec d’autres swingueurs en cachette pour des nuits de danse échevelées dans  un dancing clandestin.

Il découvre avec jubilation cette liberté de ton et de mœurs. Il savoure avec passion cette musique qui ulcère les nazis : le swing, qualifié de musique de dégénérés car interprétée par des noirs (Count Basie, Duke Ellington...) et des juifs (Benny Goodman, Artie Show...). 

 

Tout bascule le jour où les Jeunesses Hitlériennes deviennent obligatoires...

Richard va alors se confronter à la vraie nature des nazis. Il va devoir faire un choix : collaborer en étant fidèle à sa patrie ou se révolter au péril de sa vie...

"Le Message est fort et l'émotion immanente emplie l'espace ****"

La Provence

"La mise en scène, magnifique énergie vitale, donne de l'ampleur au texte et au contexte"

Théatrorama

"Coup de Cœur : on se laisse emporté et on rêve avec ces jeunes swingueurs" 

Le Dauphiné

"Le texte est fort sans concession, il touche les spectateurs au plus profond"

Vivantmag

"Un comédien brillant face à l’oppression nazie "

Sud-Ouest

"Brillamment interprété, à ne pas manquer"

La Dépêche

Swing Heil

Quand la musique

éveille notre conscience 

CONTACT DIFFUSION

Frédéric Bernhard

Happening Création

Cance, 47480 MONCLAR

www.happeningcreation.com

fredericbernhard@gmail.com

+33 (0)6 83 85 60 95​

+33 (0)5 53 70 20 69

Richard

On est en 1938 et j’ai 17 ans !

Bon sang, j’ai 17 ans et une envie folle de faire la fête dans un pays qui perd la tête.

Le Swing a envahit les dancings !

On réclame des paillettes, du mouvement, du bruit…

On veut s’étourdir dans le mirage d’une prospérité d’apparat.

On veut se réfugier dans l’ivresse de la danse et les artifices du luxe pour mieux se bercer d’illusions et percer nos désillusions.

On veut effacer notre stress dans une profusion de strass !

On veut secouer notre spleen dans les convulsions du swing.

J’ai 17 ans dans un pays qui passe plus de temps à applaudir les défilés militaires qu’à lire des livres.

Je vis ici à Hambourg et je suis un Swingjugend… un Swingeur !

Je  suis un Swingjugend et j’en suis fier ! Et un vrai Swingeur refusera toujours de s’engager dans les Jeunesse Hitlériennes.

Swing Heil ! Swing heil ! Swing Heil !

© 2023 by THEATER COMPANY. Proudly created with Wix.com
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now